Cuisinage c’est le résultat d’une collaboration entre l’Écomusée du fier monde, la Faculté des arts de l’UQAM et les résident.e.s du quartier Centre-Sud de Montréal qui ont fait le récit de leur vie de cuisine, d’hier et d’aujourd’hui. C’est à travers une démarche intensive de conversation créative que les artistes ont approché l’identité de gens telle qu’elle s’est définie dans leur cuisine. L’exposition invitait à porter un nouveau regard sur la culture du quartier Centre-Sud au travers d’une exposition et de café-rencontres en février 2019.raphies, des enregistrements sonores et vidéos, les artistes Linda Côté, Jean-François Lachance et Benoit Brousseau ont posé un nouveau regard sur la cuisine comme un lieu de construction identitaire, reflet des mutations de la société.

Construite à partir de récits des résident.e.s du Centre-Sud, l’exposition présente la cuisine comme pièce centrale de la maison, témoin des partages, fêtes, drames et solitudes. À travers des installations sculpturales, des photographies, des enregistrements sonores et vidéos, les artistes Linda Côté, Jean-François Lachance et Benoit Brousseau ont posé un nouveau regard sur la cuisine comme un lieu de construction identitaire, reflet des mutations de la société.

Construite à partir de récits des résident.e.s du Centre-Sud,

Les artistes ont été marqué.e.s par les liens qui existent entre les organismes du quartier et l’Écomusée du fier monde. Créer une exposition collaborative basée sur la participation citoyenne a été un succès grâce à la cohésion et la solidarité que l’on retrouve dans le Centre-Sud. Participer à ce projet dans le cadre du Mouvement Courtepointe a favorisé la recherche et le développement d’un riche contenu permettant aux artistes de créer des installations inspirantes. Les citoyen.ne.s qui ont participé se sont senti.e.s interpelé.e.s par la démarche des artistes et désiraient partager leurs expériences et contribuer à écrire leur histoire. Au travers de cette initiative, ils.elles ont partagé leur fierté, leur joie, leur reconnaissance. Ils.elles ont développé leur confiance en eux-mêmes ainsi que leur sentiment d’appartenance au quartier. 

« Je ne sais comment elle faisait, mais on n'avait toujours à manger ».